Chère vieille Europe…

Je l’ai déjà écrit dans mon dernier post. L’une de mes résolutions pour 2010 : être plus assidu sur le blog ! On prend souvent de bonnes (ou moins bonnes) résolutions pour la nouvelle année mais on a souvent du mal à s’y tenir. Pour autant, j’espère que je me tiendrai (au moins) à celle-ci et vous ferai profiter davantage de mon voyage.

Pour cela, changement de méthode. Des articles plus réguliers mais plus courts et synthétiques.

Mais tout d’abord, je dois rattraper le retard accumulé et me vois obligé de résumer très rapidement ces derniers mois (en quelques longs articles)… Pas facile !

Tout d’abord, l’Europe.

Après un passage en Bosnie qui restera à jamais gravé dans ma mémoire, j’ai pris la direction de la Serbie pour y passer quelques jours. Première étape : Belgrade. Le séjour sera principalement marqué par la rencontre de Ryan, Simon et Darren, trois australiens fraîchement débarqués au petit matin ici, tout comme moi. Nous passerons la première journée à nous balader dans un premier temps avec Goran, le propriétaire de l’auberge dans laquelle nous dormions et qui propose une petite visite gratuite de la ville. Cette visite sera notamment l’occasion d’avoir son point vue sur la précédente guerre qui a touché le pays. Point de vue certainement pas partagé par l’ensemble des serbes mais intéressant et quelques peu surprenant ! En effet, pour lui, la guerre n’était pas une si mauvaise période. Le gouvernement de l’époque ne mettait aucune mesure en place pour lutter contre la consommation d’alcool et de drogues. Bien au contraire… Il était donc facile de se procurer et pour peu d’argent toutes sortes de produits pour se donner « du baume au cœur ». Pour Goran, en parallèle des affrontements, cette période était donc un peu comme une révolution artistique et culturelle pour la Serbie où tout était permis et aucune limite ne venait censurer qui que se soit. La période hippie serbe en quelques sorte. Chacun son point de vue.

Goran nous déposera ensuite à la plage de Belgrade (si si, il y a une plage à Belgrade !) où nous finirons tranquillement notre après-midi. La journée, elle, se terminera au festival de la bière de Belgrade, le soir de sa clôture. Au programme : concerts de rock serbe et… bières ! Et qu’elles soient locales ou non, les bières ici sont très.. “goûtues”. Nous rentrerons finalement au petit matin !

Deux jours supplémentaires dans la capitale serbe, puis direction Novi Sad, un peu plus au Nord. La ville, célèbre pour son festival de musique (mais dont l’édition annuelle était terminée depuis bien longtemps), a quelques atouts touristiques mais pas de quoi s’y arrêter trois jours. Je prendrai donc un train le soir même pour la Croatie. Direction Zagreb cette fois. Après quelques heures de retard au départ à Novi Sad, un changement en pleine nuit et au milieu de la campagne serbe pour un autre train lui aussi en retard mais qui m’évitait de retourner jusqu’à Belgrade, je finirai finalement par passer la frontière sans encombre et arriver au petit matin dans la capitale croate. Encore une ville charmante. On m’avait dit qu’elle ne présentait rien d’exceptionnelle mais j’ai trouvé son cœur historique très agréable et sympathique.

Après trois jours ici, direction la Slovénie où je rejoindrai mon cousin Pierrot avec qui je terminerai mon périple européen. Très bonne soirée à Ljubljana pour commencer avec quelques slovènes rencontré(e)s au hasard d’une rue. Nous finirons d’ailleurs notre nuit dans une prison… reconvertie en auberge de jeunesse ! Très bonne adresse, très « arti » ! Imaginez une auberge de jeunesse au milieu des Frigos de Paris… Cooool !

Deux jours et deux nuits ici et nous prendrons ensuite la direction de Bled, un p’tit bled (!) paumé dans les montagnes slovènes avec son lac et son île, sur laquelle trône une église ! Le voyage pour arriver là-bas s’avérera un peu compliqué puisque nous finirons par sauter in-extrémiste dans un train au lieu d’un bus. Et courir en tong comme des dératés dans la gare avec un énorme sac à dos n’est pas chose facile ! Ajouté à cela un personnel ferroviaire très coopératif et aimable dirons nous, et le tableau est dressé ! Là aussi, changement de train pour reprendre un bus au milieu de nul part puis un nouveau train quelques kilomètres plus loin, tout ça sans aucune indication. Nous suivrions le troupeau et arriverons finalement sans encombre à destination. Certains resteront dans le train et continueront leur chemin, aucune indication ne permettant réellement d’identifier si nous étions arrivés à destination. Nous ne saurons jamais s’ils avaient prévu à l’origine de séjourner à Bled ou pas… Nous, nous y passerons trois jours avec au programme pas mal de rando dont une journée magnifique dans les montagnes bordant le lac de Bohinj, à une quinzaine de kilomètres au sud ouest de Bled.

Nous partirons ensuite en train pour l’Italie. Pour cela, retour obligé sur Ljubljana. Nous en profiterons pour retrouver nos amies slovènes quelques heures avant de reprendre un train à deux heures du matin pour Venise. La ville italienne mérite vraiment sa réputation mais il faut sortir des voies (ou plutôt des autoroutes) touristiques, ne pas hésiter à laisser son plan dans sa poche et déambuler au hasard des rues pour en apprécier tous ces charmes. Certains diront aussi qu’il faut peut-être être accompagné d’une jolie fille plutôt que de son cousin, parce qu’avec Pierrot, on avait plus envie de se poser dans un troquet que dans une gondole…

Enfin bref, après quelques jours de ballade tranquille, nous prendrons à nouveau le train, pour Milan cette fois, dernière étape européenne.

La ville propose quelques monuments… monumentaux comme la cathédrale Duomo di Milano ou le galerie Vittorio Emanuele II. Mais sa vie nocturne est loin d’offrir ce que l’on est en droit d’attendre d’une capitale (où alors nous n’étions vraiment pas dans les bons quartiers). Pour notre unique et dernière soirée ici, nous n’avons même pas trouvé un petit bar ouvert après dîner, et c’est pas faute d’avoir chercher !

Le lendemain, Pierrot prendra un avion en début d’après-midi pour Lyon tandis que je ne perdrai pas mes bonnes habitudes de routard et prendrai un bus de nuit pour Dijon, pour rejoindre ensuite ma contrée natale. Cette petite après-midi milanaise supplémentaire me laissera le temps de compléter ma visite de la ville.

Mon périple en Europe se terminera donc ainsi. A peine moins de trois mois qui n’était qu’une mise en bouche de ce long voyage. Pour autant, j’ai énormément apprécié chaque moment, avec des coups de cœur pour Prague, Istanbul et la Bosnie. Mais il est difficile de faire un classement, de dire que j’ai préféré ceci ou cela. J’ai réellement apprécié chaque endroit, chaque instant pour des raisons différentes : l’architecture des villes, la beauté des campagnes et de la nature, les rencontres, les couleurs, les lumières, les saveurs, les odeurs, les sonorités, l’atmosphère propre à certain endroit, la liberté du voyage ou même les quelques difficultés qui font du voyage une expérience inoubliable. Il n’y a pas eu de vraie galère, de moments où je me suis demandé « qu’est-ce que je fout là ? ». L’Europe était très riche en apprentissage et m’a permis de m’immerger en douceur dans la vie de routard et dans des cultures pas si éloignées de la notre avant de plonger dans un tout autre monde : l’Asie !

A suivre donc…


You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.
You can leave a response, or create a trackback from your own site.

There are no comments yet, be the first to say something


Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>