Premiers pas en Bulgarie

Plage, plage, plage. Voici ce qui résume le mieux mon passage à Varna, sur les côtes de la Mer Noire Bulgare. Il n’y a pas grand chose d’autres à faire mais ça à l’air de plaire à la masse de touristes qui vient s’y agglutiner. Pour ma part, ce n’est pas ce que je préfère, mais je fais comme tout le monde. Réveil tardif le matin, après-midi à la plage, petit passage rapide à l’auberge en fin d’après-midi puis retour sur les bords de mer pour profiter de la vie nocturne. Mais Varna ne se résume heureusement pas qu’à ça.

Tout d’abord, il y a Dave, le propriétaire anglais de l’auberge. Je ne sais pas vraiment à quoi il tourne. Café, Red Bull ou peut-être bien autre chose ? En tout cas, il est a deux mille pour-cent en permanence. Il danse comme un taré quand son portable se met à sonner. Il n’est pas du tout organisé. Il ne sais pas qui dors où, qui part quand ? Il lui arrivera pendant mon séjour d’attribuer le même lit à deux personnes différentes. Il m’a demandé plus d’une fois si je savais qui occupais quel lit. Malgré tout, son business tourne bien. Il a quatre appartements dans la ville qu’il a transformé en auberge. Comptez une quarantaine de lits en tout, presque tous les soirs complets pendant les mois d’été, à 10€ la nuit. Service minimum offert pour ne pas avoir à payer de personnels. Le calcul est vite fait. Bien sur, ce n’est pas du net, mais bon, ça fait réfléchir. A la fin de l’été, il quitte Varna, il en à marre. Trois ans qu’il est là. Il a fait le tour. Il partira pour Vama Veche, la destination balnéaire roumaine à la mode. Tout le monde m’a dit : « Il faut aller là-bas, c’est génial ». Mais le problème pour l’instant, c’est qu’il n’y a pas encore d’auberge de jeunesse, que des hotels. Plus pour longtemps.

J’ai également fait la connaissance de Archtu (?) et Tom. Le premier est islandais, le second est suisse. Ils voyagent ensemble depuis qu’ils se sont croisés sur les routes il y a à peine quelques jours. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il leur est déjà arrivé pas mal d’anecdotes ensemble. Notamment une virée mémorable sur une moto trois roues alors qu’ils faisaient du stop. Imaginez trois personnes, dont deux avec un énorme sac à dos, sur cette bécane prévue initialement pour accueillir uniquement son chauffeur. Pour compléter le tableau, le bikers, casque allemand, blouson en cuir et santiags, veut faire apprécier toute la puissance de sa machine et ne descendra pas en dessous des 100km/h sur les vingt kilomètres parcourus. Peut-être la peur de leur vie sur le moment mais l’histoire restera mythique.

Retour à la plage. J’ai littéralement cramé le premier jour de mon séjour ici après m’être assoupi un peu trop longtemps en plein cagnard. Pas bon. Je minimiserai donc mon exposition au soleil les jours suivants. Je déciderai cependant de me rendre, avec Allan, un allemand, et deux autres québécoises dont j’ai déjà oublié le nom, à la plage secrète dont Dave, l’aubergiste, nous à parlé. Cette plage secrète est en fait méconnue des touristes. Et pour cause, il faut prendre un bus pendant vingt minutes et marcher encore vingt bonnes minutes à travers les bois pour y arriver. Mais cette plage est tellement secrète, que nous ne la trouverons jamais… Tant pis, nous retournerons avec les touristes. Nous en profiterons pour aller voir un match de beach-volley et faire un peu trempette. Le lendemain, toujours avec Allan, nous irons faire une longue excursion en suivant la côte bulgare, et tenterons de fuir un peu la masse. Pas facile.

Nous partirons ensuite ensemble pour Istanbul. Notre planning concorde. Pour ma part, j’étais arrivé en train à Varna. Je ne connais donc pas la station de bus d’où nous partirons. Je suis donc Allan. Les coups de soleil sont encore bien là, et le fait de porter mon sac à dos est un supplice. Arrivez à l’autogare, nous cherchons notre bus. Nous avons plus d’une demi-heure d’avance mais l’écriture cyrillique (et oui, tout est en cyrillique ici) ne nous facilite pas la tâche. Nous demandons au Point Info mais la dame ne parle pas anglais. Nous avons vraiment envie de lui demander à quoi elle sert, mais de toute manière, elle ne nous comprendrais pas… Le temps passe et il reste à peine deux minutes avant le départ théorique de notre bus, et toujours rien à l’horizon. Nous finissons par trouver un bulgare qui parle anglais et qui nous indique que les départs pour Istanbul ne se font pas depuis cette gare. C’est la merde. Nous pouvons nous y rendre en cinq minutes en taxi, mais Allan comme moi n’avons plus un Leva en poche. Le bulgare parle à un chauffeur de taxi et fini par lui donner un billet de cinq Leva (environ 2,50€) et nous fait signe de monter. A peine le temps de lui dire merci et nous sautons dans le taxi pour l’autre station de bus. Nous arriverons à temps pour prendre le bus et partirons pour une (longue) nuit de route en direction de la Turquie…


You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.
You can leave a response, or create a trackback from your own site.

6 Responses to “Premiers pas en Bulgarie”


  • Comment from Fab

    Hello Mat !

    Toujours au top de lire tes péripéties ! Vraiment sympa ce blog qui permet de suivre ton voyage !
    Comment vont les coups de soleil ? achètes un sac à dos à roulettes sinon… ;-)
    Petite idée en passant pour économiser de l’argent pour le futur : le couch surfing. Je n’ai perso jamais testé mais on en parle (en bien) de plus en plus et ca te permettrait de rencontrer pas mal de monde dans les différentes villes que tu traverses… Donc d’avoir les bonnes infos de l’autochtone du coin en clair…

    Aller sur ce bonne continuation et j’ai hate de lire la suite !

    Fab

  • Comment from Cindy

    petit conseil également : retiens les prénoms des québécoises…

  • Comment from Audrey Bobottes

    j suis d’accord …. les quebecoises putain Math !!!

  • Comment from Mat

    Mat ! Il avance plus ce blog ! fais nous croire que t as paumé ton appareil etc…on y croit qu´à moitié!
    Moi je pense que tu t en enfermé avec une des canadiennes et point barre ! Alors tant mieux. T as déjà un titre tout trouvé pour ta prochaine rubrique ! “Have you met Mat ???”

    Grosses bises mon pote !

  • Comment from Steph

    Coucou! Fabuleux tout ça… Profites bien de ce dernier mois de répit avant de revoir nos sales têtes d’iutistes! je pense bien à toi gros bisous!

  • Comment from Geve

    Mat, alors tu patines,nous attendons, nous attendons, ce n’est pas parce que internet n’arrive plus à St Georges qu’il faut que tu en profites. Bises de la famille.


Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>